[REPORT] Woodstower a 20 ans : Retour sur la 2ème étape anniversaire au Transbordeur

Woodstower fête ses 20 ans tout au long de l’année et pour célébrer l’évènement, l’association avait pris ses quartiers dans la salle du Transbordeur à Villeurbane le 3 février dernier. Plusieurs moments auront lieu en 2018 pour cet anniversaire et le programme de cette deuxième étape était chargé. Pas moins de 9 concerts différents, des surprises et du fun, une fiesta made in Woodstower, l’association avait annoncé le topo, on s’y attendait un peu.

Ouverture des portes : 19h ! L’atmosphère chaleureuse et conviviale qui régnait dans la salle une petite heure après l’ouverture était déjà à la hauteur des espérances. Chacun était venu ici pour en prendre plein les oreilles. Le climat bouillant et tropical que dégageait Da Break sur la petite scène nous poussait tout droit vers le bar pour y consommer notre première pinte, première d’une longue série ? Peu importe, la soul des lyonnais posait l’atmosphère mais un petit groupe minutieusement installé à l’entrée du Transbo attirait notre attention. Colle à barbe, paillettes à gogo, cadre de David Bowie et déguisements colorés, le « Gang des paillettes » proposait de rendre cette soirée anniversaire plus belle qu’elle ne s’annonçait et rendre le public plus beau qui ne l’était déjà. Un passage obligé.

Nous étions fin prêt à attaquer cette soirée anniversaire, pour le plaisir de nos

tympans. FKJ, DJ Pone, Leska, Bon Voyage Organisation, …. Une affiche bien remplie. Da Break (La Ruche Le Label) commençait les hostilités alors qu’un peu plus tard, VSO et Maxenss foulait la grande scène du Transbo pour un live audacieux, nous rappant leur difficile lendemain de cuite… La bande de potes était bien dans le thème LDCMusique, la soirée pouvait débuter !

 

Retour sur les faits marquants !

La découverte LESKA

Leska, c’est avant tout un duo composé de Les Gordon et Douchka (Nowadays Records). Une chose est sûre, le processus de production de ces deux artistes se fait naturellement et de l’extérieur, ça semble instinctif. De l’électro ? De la pop ? Du rock ? Difficile de définir le style à part entière des deux rennais. Sur la petite scène du Transbordeur, ils ont dégagé une énergie fluide et débordante. Un visu scénographique simple mais hypnotisant avec deux cercles lumineux les séparant l’un à l’autre, s’illuminant et bougeant au rythme des sonorités du groupe. Si chacun d’eux a de nombreux concerts à son actif, leur réunion semble naturelle et légitime sur scène. La contrebasse électrique qui accompagne le live est elle aussi très efficace et pose l’ambiance. Des rythmes de fanfare, de batukada ramène de plus en plus le public du Transbo devant la petite scène. C’est propre, ça fait bouger et on ne veut pas en perdre une miette. Leska s’éclate en live et ils le transmettent bien. A voir et à revoir.

FKJ, ASSUREMENT !

Le morceau Tadow en featuring avec Masego tourne en boucle chez LDC depuis maintenant plusieurs mois. Il nous tardait de voir ce que valait le nouveau live de French Kiwi Juice, terminant sa tournée ici, à Lyon dans la salle du Transbordeur. FKJ, c’est la perfection, c’est une oreille, un OVNI, un vrai artiste qui manie les machines et les instruments avec une facilité déconcertante. Le public de Lyon le sait et s’empresse de rejoindre la grande scène. Les gradins se remplissent au fur et à mesure, il est 22h20 passé lorsque FKJ arrive sur la scène. Trois grands draps blancs ornent l’arrière de la scène, là où sont projetées des images soignées et colorées, à l’image de la musique produite par FKJ. Il nous fournit une dose de son nectar musical oscillant entre jazz, soul et funk, posant sa voix sur la majorité des morceaux.

« Skyline », « Go Back Home», « Lying Together », FKJ défend son premier album en exécutant un tour de force auprès du public lyonnais qui adhère totalement, une sorte de confirmation. Cette date pour le Woodstower était la dernière, FKJ s’envolera pour les Philippines fin février, la suite s’annonce prolifique.

DJ PONE, L’EXPERIENCE !

Rencontré un peu plus tôt dans les loges du Transbordeur, DJ Pone nous l’avait annoncé « Je suis heureux de revenir ici, à Lyon, dans cette salle que j’aime particulièrement ». De Svinkels à NTM, l’ex-membre de Birdy Nam Nam accompagne la scène rap depuis 20 ans, alors le voir seul aux machines et aux platines sur cette tournée était forcément intéressant. Vers 1h du matin, les oreilles du public venu célébrer les 20 ans de l’association « Woodstower » trépidaient de part et d’autres. DJ Pone entrait sur la grande scène pour le 7ème concert de la soirée, prenant place au sein de son cockpit électronique. Proche du public, il enchaine les titres de son album « Radiant » sorti en octobre 2016. Un album qui se veut très atmosphérique, à la limite du trip-hop. Sur ce live, DJ Pone assure, il est captif aux spectateurs aussi, n’hésitant pas à balancer des morceaux qui retrace sa carrière. On le voit à l’aise avec les platines et passé 2h du matin, l’expérience du DJ tel qu’on le connait se fait ressentir. On a vraiment hâte de le revoir cet été aux platines du groupe Suprême NTM le jeudi 30 aout prochain au parc Miribel Jonage… Pour les 20 ans du festival Woodstower !

 

La soirée arrivait à son terme peu après 4h. Les deux lyonnais de Purple On Time nous faisait encore frissonner, ils auraient certainement pu nous envoyer jusqu’au petit matin. Qu’à cela ne tienne, notre maquillage pailleté nous faisait défaut et les miroirs du Transbo nous soufflait gentiment de rentrer chez nous. Une soirée anniversaire riche en sensation, musicalement forte qui annonce d’autres évènements puissants, signée Woodstower Production !

About the author

Jokas

View all posts