[Album] Khruangbin – Con Todo El Mundo

Le Texas n’a absolument rien à voir avec la Thaïlande, c’est pourtant bien dans une grange de Houston qu’est né le groupe Khruangbin. Le nom est un hommage aux cassettes funk thaïlandaises des années 60 et 70, ce qui les a d’ailleurs réunis. Khruangbin est un condensé de ce qui se fait de mieux sur cette planète. DU jazz à la soul, de la pop iranienne en faisant un détour par le reggae jamaicain, leur attribuer une étiquette serait difficile tant les influences sont nombreuses. Et si Khruangbin révolutionnait la musique instrumentale ? Leur album Con TODO EL MUNDO, sorti le 26 janvier dernier est une invitation au voyage…


Durant 3 ans, Laura Lee, Donald Johnson et Mark Speer vont se réunir au Rudyard, un pub de Houston pour « bouffer des burgers, jouer aux fléchettes et parler musique ». Laura puise ses inspirations dans la musique psychédélique, le dub, la pop française et les soirées londoniennes, ou elle vivra pendant 4 ans. Mark plonge littéralement dans la musique du monde, à savoir éthiopienne, jamaïcaine et du Proche-Orient. Quant à Donald Johnson, c’est le gospel et les influences hip-hop qui enrichiront le groupe. Malgré tous les styles, on distingue largement les résonances funk et groovy thaïlandaise des années 60, ce vers quoi le groupe a souhaité se distinguer, en élaborant des voyages croustillants au sein de ce style qui leur est cher.

Après avoir enregistré un premier album dans le garage de Mark, au Texas, le groupe a été séparé quelque temps. Laura ayant posé ses valises à Londres, Khruangbin a continué d’exister, chacun se partageant ses influences via Skype, ce qui a aussi permis de donner un second souffle au trio américain. De cette période londonienne va naître l’album « The Universe Smiles Upon You ».

Aujourd’hui réunis à nouveau, le groupe présente un opus intitulé Con Todo El Mundo (Excluding N & S America). Un nom qui représente beaucoup pour Laura, la bassiste du groupe puisque ce nom est tiré de son grand-père, chez qui elle passait de nombreux étés. L’homme atteint d’une pseudo-science qu’est la numérologie, lui posait régulièrement la question « Como me quieras », à savoir « A quel point m’aimes-tu », ce auquel elle répondait « Con todo el mundo » (avec tout le monde).
Cet album a de multiples influences, celles énumérées plus haut, mais semblent marquer un retour aux sources vers la funk thaïlandaise. Néanmoins, on y repère des sonorités du monde entier et c’est ce que souhaite représenter le groupe. De Baba Zula en Turquie jusqu’à aller puiser chez le père de L’Ethio-Jazz, Mulatu Astatke, Khruangbin nous invite radicalement au voyage par le biais de cet opus « Con Todo El Mundo ». A l’exemple du titre Maria Tambien, qui évoque la liberté des femmes iranienne avant la révolution par le biais de son clip. « Con Todo El Mundo » est à se procurer de toute urgence, sans hésitation.

Lien pour acheter lalbum par ici

Le groupe sera en concert le 26 février prochain à Paris au Badaboum, dans le 11ème arrondissement.

Crédit photo : Bandcamp of Khruangbin

 

About the author

Jokas

View all posts